AccueilAccueil  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



Partagez | 
 

 Dans le jardin d'Alice

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Invité

Invité

MessageSujet: Dans le jardin d'Alice   Sam 24 Juin - 14:47

Le jardin d'Alice (Alice et les merveilles), c'est pour les gens de l'hôpital.
Il parait.
Mais le loup aussi, il a besoin de trouver sa rose. Sa rose un peu insolente, celle qui va le rappeler à l'ordre et qui n'aurait pas peur des tigres mais des courants d'air.
Dans la roseraie, peut-être.

Soleil qui perce le ciel fleuris en multiples rayons; ses pas qui foulent la terre et soulèvent les minéraux. L'arche de végétation qui trône au-dessus de sa tête ressemble à ceux qu'on voit dans les mariages, ça a quelque chose de très hors du temps. Et là c'est bientôt l'heure du midi, oui?
Ici, il trouverait des fleurs peut-être plus jolies encore que celles de la dernière fois. C'est à ça qu'il pense lorsqu'au détour d'une haie il se passe qu'il y a quelque chose d'inhabituel.

Là, entre deux allées, il y a une table. Une table ronde, blanche, en ferraille (sûr que ça ferait du fracas terrible s'il tapait dedans en faisant Toc Toc), avec un service à thé au-dessus. Y a deux chaises, exactement de la même matière, en blanc, en ferraille et sensibles aux Toc Toc. Loup tout de suite il envisage de faire demi-tour. Déjà parce que les tasses elles fument le thé qui vient d'être servi, que les biscuits sont pas pour lui et que les concernés du tête à tête vont forcément finir par revenir.
Ou alors c'est un piège.

L'animal reste aux aguets, éloigné mais proche de la scène qui a l'air d'être surveillée, d'une quelconque manière. Il a envie de s'approcher, oui, mais... mais il croit qu'une alarme va sonner dès qu'il posera le pied dans la zone mystère.
Revenir en haut Aller en bas
Luna
avatar

mots : 88

MessageSujet: Re: Dans le jardin d'Alice   Sam 24 Juin - 19:37

Et contre toute attente une voix féminine coupe le silence empli de questions.

- Oh Loup tu es là !

Puis une figure bienveillante s'approche de l'animal aux aguets, un doux sourire sur les lèvres.

- Tu vas peut-être trouver cela étrange mais quand l'envie de boire un thé m'est venue, j'ai eu l'étrange pensée que quelqu'un viendrait me rejoindre. (Elle rigole doucement) C'est à croire que la maladie me donne des super-pouvoirs.

Sa robe bleu, fournie par l’hôpital, n'est pas sans rappeler la tenue d'Alice, il ne manquerait plus que le lapin blanc pour compléter la scène.
Elle tend doucement sa main à Loup, pour l'amener innocemment vers la table blanche où le thé les attends.

- Je te voyais souvent passer dans les couloirs et je n'ai pas réussi à garder ma curiosité pour moi, du coup j'ai questionné quelques infirmières et c'est elles qui m'ont dit comment tu t'appelais. J'espère que tu ne me trouves pas trop prévenante, tu es juste un personnage drôlement intéressant et j'aimerais bien en apprendre plus sur toi.

On peut lire la sincérité sur son visage, comme cette douceur qui émane d'elle, elle tend toujours sa main vers Loup, espérant ne pas l'avoir effrayé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

Invité

MessageSujet: Re: Dans le jardin d'Alice   Sam 24 Juin - 22:55

Une voix mystère appelle son nom.
Son nom à lui? Ah oui, y en a pas deux des Loup. Ou alors il le sait pas, et c'est peut-être mieux comme ça.

La voix mystère elle invite, elle dit Regarde tout ça je l'ai fait pour te rencontrer. Et c'est étrange dans le fond, parce que personne ne veut rencontrer Loup à table. Surtout pas dans un endroit triste comme celui-là. La main tendue devant lui demande épousailles mais Loup ne répond de rien. Il ne touche pas les gens, c'est comme ça. Cependant, il accepte de s'asseoir en sa compagnie, de rester muselé le temps de la course du soleil.

C'est peut-être ses yeux fatigués et les poches qui tirent juste en dessous qui ne lui font pas bien voir l'état précaire qui habite la fille ivoire. Loup il a du mal à discerner la maladie de la fille, si elle en a une. Même s'il est devenu capable de la sentir, à force de venir ici... Parce qu'on finit par s'empoisonner aussi soi-même, d'une certaine manière. Loup il s'en rend compte et pourtant, il garde quand même les pattes dans le piège.

"Je sais même pas comment ça se fait qu'elles sachent mon nom... J'l'ai dit à personne. Y a que Elle qui sait."

Elle c'est Mère Louve. Et personne lui a jamais dit qu'elle avait ouvert les yeux depuis son arrivée entre quatre murs. On lui aurait menti? Loup il garde les poings dans les poches, signe de retrait, de non-ouverture. C'est normal, quelque part... Il la connait pas, pourtant elle, elle donne l'impression du contraire. Que si, c'est quelqu'un de connu. Alors ça taquine la conscience (peut-être même son derme) de l'animal qui se demande si y a pas malentendu. Mais comme on sait qu'il n'y a qu'un seul Loup...

"Où est-ce que tu m'as vu?"

Sa propre question le braque lui-même. S'il entend dire qu'on l'a vu près de sa chambre, l'animal il va pas aimer. Sans doute. (Non on sait pas, il est imprévisible lui aussi) Mais quand la blanche semble lui montrer le service à thé et l'innocence de la mise en scène, il ne sait plus quoi penser. C'est pour lui, tout ça? Et c'est elle qui a tout installé? Sa voix ne demande pas mais son cœur murmure.

Il croise pas son regard, tant qu'il sait pas encore à qui il s'adresse. Et puis il trouve ça bizarre, qu'elle sache son nom et lui pas... ça lui donne le sentiment qu'il a aucune emprise sur la situation, que ça a été calculé. Mais, mais... y a une douceur qui s'échappe du visage d'albâtre de la fille. Quelque chose de beau qui pourrait ressembler à la candeur du Chaperon Rouge, sauf que Loup il croquera pas. Pour le moment. Parce que le thé et les biscuits ils font quand même envie à la créature qui jauge, découvre lentement sa gourmandise.
En vrai Loup, il ose pas se servir.

"C'est joli... Ils sont de toi?"

Les gâteaux à la myrtille.
Revenir en haut Aller en bas
Luna
avatar

mots : 88

MessageSujet: Re: Dans le jardin d'Alice   Sam 24 Juin - 23:20

- Où est-ce que tu m'as vu ?
- Les couloirs de l’hôpital, ici et là.

Elle s'approche de la table et sourit en entendant Loup lui demander si elle a fait les biscuits.

- Effectivement, j'ai toujours apprécié la patisserie et quand j'ai appris qu'il y avait une cuisine à ma disposition je n'ai pas résisté. C'est amusant à quel point l’hôpital est un endroit chaleureux, au fond.

Elle prend doucement place à table et attend patiemment que Loup fasse de même.

- Au fait, je m'appelle Luna.

Elle sourit de plus belle et saisit le carnet à la couverture rose qui trône aux côtés des biscuits et tasses.

- J'ai pris l'habitude de tenir un journal, j'y écris tout ce que je juge important, tout ce que j'aimerais partager avec le monde.

Ce carnet contient son âme, elle y tient plus qu'à tout autre chose. Puis ce carnet c'est sa façon d'être immortelle, au travers des mots, des phrases, de l'encre noire.

- Je t'en parle parce que ton prénom le rejoindra bientôt.

La façon de parler de Luna a tendance à laisser l'impression que tout est définitif et qu'il n'y aura pas de remise en question. Elle a l'habitude d'imposer des idées, des choses, sans jamais demander l'avis de son interlocuteur. Il n'y a évidemment aucun mal volontaire dans sa façon d'être et si mal il y a, elle ne manquera pas de s'excuser et d'essayer de régler le problème.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

Invité

MessageSujet: Re: Dans le jardin d'Alice   Dim 25 Juin - 19:50

Loup il trouve ça carrément étrange que quelqu'un de cet hôpital lui parle comme à une vieille connaissance. Et ça le chamboule, ça balaye la norme de son esprit en un mind fuck improvisé. Quoi qu'est-ce qui se passe là? Pourquoi ça fait ça? Comment, pourquoi la fille l'invite à table, parle de lui comme d'un ami, appelle son nom comme le Chaperon qui a limé les crocs du Loup?

Il comprend pas.
Mais il se rappelle que quelqu'un lui a dit que... qu'y avait rien à comprendre. Alors c'est peut-être ça la solution, se dire qu'en fait ça doit arriver et c'est tout. Que c'est ce qu'on appelle la fatalité et rien d'autre. Ah oui. Parce qu'elle a même pris le temps de cuir des gâteaux, d'allumer le four pour se dire Y aura un loup pour gouter tout ça, comme ça il me croquera pas moi.

"Luna."

Ses pensées disent que c'est un prénom qui résonne curieusement avec le sien. Luna, il répète. Elle s'appelle comme ça. Loup et Luna. Luna et Loup. Ça ressemble beaucoup trop, c'est bizarre.

"Y a des choses importantes dans ce bâtiment? Assez pour que tu l'écrives là-dedans?"

Et quand il entend que son prénom en fait partie, il serre les poings. Le thé fume sous son nez (plus pour longtemps s'il se dépêche pas) et la boite à gâteau elle brille sous les coups de soleil. Comme la fille nacrée elle lui dit pas qu'il peut pas, ben l'animal il approche ses griffes du linceul gourmand, pique ça et ça pour l'approcher de sa truffe. Des friandises, il en mange pas souvent Loup. Le sucre ça fait longtemps.

"Qu'est-ce que t'as écrit? Sur moi. Je crois pas que je pourrai lire. Mais c'est normal."

Il se rassure, se dit "Domaine privé" et noie ses à priori dans le biscuit aux myrtilles. Mmm mm. Après il veut bien toucher à la tasse, mais seulement après.
Revenir en haut Aller en bas
Luna
avatar

mots : 88

MessageSujet: Re: Dans le jardin d'Alice   Dim 25 Juin - 23:28

- Y a des choses importantes dans ce bâtiment? Assez pour que tu l'écrives là-dedans ?

Son regard se baisse vers son carnet comme si la réponse s'y trouvait, puis regagne le regard de Loup aussitôt.

- Des rencontres, des victoires et des défaites.

Des rencontres comme celle qui se déroule à présent. Des victoires comme ces patients qui gagnent fassent au cancer et des défaites comme ceux qui se font emporter par la maladie.

Quand Luna annonce l'intégration de Loup à ses écrits, elle remarque immédiatement que ses poings se resserrent. Elle enlace alors machinalement son carnet, comme pour le protéger d'une quelconque attaque. Alors quand l'animal se rabat sur les biscuits, elle souffle rassurée et laisse son carnet gagner la table.

- J'ai écrit que je te voyais souvent longer le même couloir et que je ne pouvais pas m'empêcher de me demander pourquoi. Et que j'aimerais te rencontrer. Et ce soir j'y rajouterais cette rencontre.

Elle saisit sa tasse et en boit une gorgée.

- Et tu pourras le lire, mais seulement quand je serais partie.

Quand elle sera morte. C'est même le seul désir qu'elle a déclaré, un jour alors qu'elle pique-niquait avec ses parents. Comme ça, en plein milieu d'une conversation sur le thé et ses arômes. "Quand je serais morte, j'aimerais que vous publiez mon journal." Et ses parents qui faisaient tout pour éviter le sujet s'étaient vu obligés de lui faire face, une nouvelle fois.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

Invité

MessageSujet: Re: Dans le jardin d'Alice   Lun 26 Juin - 19:05

Lorsqu'elle lui offre une première réponse, Loup pense qu'elle parle de sa vie. Celle en dehors de l'hôpital. Peut-être qu'il n'a pas tort, mais il ravise son jugement, cherche à fuir les échanges du regard. Loup quand il se sent pas prêt à affronter des yeux autres, il s'évade, retourne dans sa tanière intérieure.

"Le même couloir."

Il répète et les mots font échos dans sa caverne. Oui, le même couloir. Si un jour il arrête de l'emprunter, ça signifiera une victoire ou une défaite supplémentaire, pour lui aussi. Oh Loup inscrirait jamais ça dans un carnet comme elle, Luna, le fait. Ce serait comme commencer à décorer sa chambre d'hôpital parce qu'on sait qu'on finira ses jours dedans sans possibilité d'en sortir vivant. Loup l'orgueil. C'est vrai.

Soudain il redresse ses yeux, ses soleils bleus glace. Luna elle parle de partir. Partir... Partir quitter laisser? Ou Partir...

"J'espère que j'le lirai jamais."

Conclusion. Sa poitrine se relève plus haute que d'habitude. De l'air.

"Tu... Tu veux pas te battre? Chercher la vie."

La fatalité qui se cache derrière sa question le terrifie et rejette tout autre aliment qu'il pourrait ingurgiter. Loup, il peut pas s'imaginer (pas encore) qu'il y ait des gens résignés à mourir. Simplement. Qu'il y ait des personnes qui refusent volontairement les soins, les médicaments, parce qu'ils acceptent l'inévitable avec sérénité. Parce qu'ils ne cherchent pas à tricher avec les machines et les poches-liquides. Loup même s'il répond plus animal qu'humain, il a toujours cet instinct qui le pousse à la vie. S'il y a quelque chose qu'il pourrait en revanche comprendre, ce serait le désir de mourir. Celui qui n'attend pas la mort mais qui la demande tout de suite.
Cependant, Luna ne semble répondre à aucune de ces situations.
Revenir en haut Aller en bas
Luna
avatar

mots : 88

MessageSujet: Re: Dans le jardin d'Alice   Lun 26 Juin - 22:58

- J'espère que j'le lirai jamais.

Cette phrase la touche et elle ne s'y attendait pas. Elle était habituée à voir des gens compatir et déplorer son état, mais leurs paroles semblaient toujours automatiques, dénuées de sentiments. Comme s'ils disaient ça par bonne figure, juste histoire de le dire, comme si ça pouvait ajouter un quelconque intérêt à leur vie. Et pourtant Luna elle l'a senti la vérité dans cette phrase, celle qui la fait douter parfois et Luna déteste douter. Pour elle, tout est blanc ou tout est noir, il n'y a rien entre eux les deux. Juste des oui ou non, jamais des peut-être.

- Tu... Tu veux pas te battre? Chercher la vie.
- À quoi bon ? La chimiothérapie me détruirait autant qu'elle me guérirait, je ne vois pas l'intérêt.

On peut sentir une pointe de colère dans sa voix, pourquoi ? Parce que Loup est ce qu'il y a entre le blanc et le noir, Loup c'est le peut-être.
Elle laisse sa tasse encore pleine regagner la table et se rabat sur un biscuit. Manger la calme.

- Pourquoi tu viens ici, Loup ?

C'est vrai, pourquoi l'animal longe les couloirs comme s'il cherchait quelque chose d'important, ce n'est pas un patient ni un employé alors pourquoi perd-t-il son temps entre la vie et la mort ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

Invité

MessageSujet: Re: Dans le jardin d'Alice   Mar 27 Juin - 17:07

Loup il saisit pas très bien quand il froisse ou rend heureux quelqu'un, quoiqu'il dise ou qu'il fasse. C'est comme ça. Y a que son derme qui picote parfois pour lui dire Danger! Danger! mais rien d'autre. C'est vraiment ça Loup; c'est un amas d'émotions qui gigote sans arrêt, qui reçoit des signes mais ne peut les interpréter que sous l'astre de la peur ou de la colère. Loup animal.

Elle rabat sa question avec le Non définitif caché. Le Non résigné. Loup faut lui faire comprendre quand c'est pas possible, que ça n'aura pas de suite. Et comme ça il peut affirmer, remuer la truffe et s'asseoir, décidé à son tour.

"Je viens pour Maman."

Il a jeté l'innocence de sa phrase dans un tonnerre silencieux. Oui, c'est pour ça qu'il vient. Rien d'autre. Même si y a parfois des spécimens atypiques qui lui donnent d'autres motivations de tourner à droite ou à gauche dans les couloirs plutôt que tout droit, le garçon c'est pour Mère Louve qu'il vient. Pour la voir ouvrir les yeux et être capable de dire On rentre à la maison.
Mais ça n'arrive jamais.

"Elle est coincée ici. Des fois, j'me dis que même si c'est pas encore guéri, j'aimerais la sortir de là."

C'est pas son genre de déballer son sac d'un coup au premier venu. Mais c'est peut-être parce qu'il pense qu'il la reverra jamais Luna, que Loup il se permet ses dérapages, qu'il se permet la vérité. Le mensonge c'est un luxe qu'il s'accorde beaucoup trop souvent, sans même le savoir.

"Rien qu'une victoire pour elle."
Revenir en haut Aller en bas
Luna
avatar

mots : 88

MessageSujet: Re: Dans le jardin d'Alice   Mer 28 Juin - 18:33

Pour maman ? Oh. Il doit faire allusion à cette femme qui semble sans vie, cette dame que Luna s'est une fois surprise à observer, se disant qu'un jour elle aussi elle sera allongée, les yeux fermés, perdue entre la vie et la mort.

- Ça fait longtemps qu'elle est ici ?

Et quand cela arrivera, est-ce qu'elle aussi elle aura son loup ? Ou est-ce que ses parents décideront de la débrancher, afin de la laisser partir ?

- Qu'est-ce qu'elle a ?

Luna croit connaitre la réponse mais elle préfère entendre Loup le confirmer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

Invité

MessageSujet: Re: Dans le jardin d'Alice   Mer 28 Juin - 20:56

"J'en sais rien. Elle crève, c'est tout."

Y a une grande colère qui se dégorge dans sa voix, dans ses yeux et ses poings qui se resserrent. Loup il commence à devenir animal pour de vrai, à hérisser le poil pour attaquer. Luna même si c'est pas sa faute, il se dit qu'elle devrait pas poser ce genre de question. Que c'est pas encore quelque chose qu'elle marquera dans son journal.

Loup soudain, il se met à détester. Son nez se plisse, se strie de plies qui signent le mépris et le rejet. Loup s'il était pas aussi muselé, il aurait déjà tapé dans la table au Toc toc, il aurait déjà envoyé promener le thé et la boite de biscuits, griffé le visage ivoire qui lui fait face. Et c'est ce qu'il pourrait finir par faire.

"Je préfère pas... savoir. Tout c'qu'ils disent, c'est des Peut-être. Et j'en veux pas."

Là il sait plus trop quoi penser. Si Oui, il devrait continuer sur la voie de la rage, ou si Non, il devrait faire comme d'habitude et se forcer à baisser la tête, queue entre les jambes. Se faire chien domestiqué et rien d'autre. Même pas le canidé qui peut hurler après sa bien aimée. Non, rien qu'un cabot misérable dans la niche et le cou attaché.

"T'es allée la voir, c'est ça?"

Attention.
Revenir en haut Aller en bas
Luna
avatar

mots : 88

MessageSujet: Re: Dans le jardin d'Alice   Ven 30 Juin - 18:08

Cette colère qui fait vivre Loup, celle colère qui bouillit dans ses veines, Luna la ressent, comme si elle la partageait, mais ce n'est pas le cas. Elle n'est qu'une observatrice et elle observe l'animal prendre forme, ça la captive plus que ça ne le devrait.

- T'es allée la voir, c'est ça ?

Cette question est un piège dangereux, si la demoiselle répond que oui, elle finira comme le petit-chaperon rouge, dévorée par le loup.
Heureusement pour elle la réponse est négative, à part des œillades curieuses, Luna n'a jamais pénétré le sanctuaire.

- Non, jamais.

Le fait que la plus-part de ses questions soient restées sans réponses titillent encore plus sa curiosité. Et si cette femme était condamnée, ne serait-ce pas mieux de prévenir l'animal ? Plus vite il apprendra la nouvelle, mieux ça sera. Plus il multiplie les visites, plus il s'accroche à un espoir fébrile.

- Je suis sûre qu'elle s'en sortira.

Ah le bon vieux mensonge qu'on offre aux plus malheureux pour leur ôter un sourire. Luna ignore totalement la réaction que ça provoquera chez Loup, peut-être même qu'elle vient d’enclencher une mine. Mais elle s'en fiche. Luna veut que les échanges continuent, Luna veut découvrir l'animal car Loup est unique. Et c'est pour ça qu'il est si intéressant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

Invité

MessageSujet: Re: Dans le jardin d'Alice   Dim 2 Juil - 23:06

Loup ne voit plus très bien. Bien dans le sens où ses oculaires préfèrent se concentrer en lui-même, à regarder son monde intérieur. Alors c'est très flou tout à coup, ça embaume les odeurs âcres de l'amertume qui dit Tu es en train de perdre une partie de ton terrain, Loup. Le garçon homme, il est perdu entre rage et sanglot.

Il ne fait signe de rien lorsque Luna lui dit Non.
Non.
Est-ce que c'était vraiment la réponse qu'il attendait? Eh bien,
Non.

... Étrange.

"Qui t'es pour dire ça?"

Très maladroitement, l'animal essaye de se protéger en renvoyant par une question qui n'en est pas réellement une. Personne, bien sûr. Luna n'est Personne pour annoncer la sûreté de la vie. S'en sortir? De ce hôpital, ou de son lit de mort? Au fond, tout au fond de lui, Loup sait que quoiqu'il arrive, il n'y a qu'une seule issue qui attend tout un chacun sur cette terre. Et c'est terrible de tenter de ralentir le wagon des rails, par des soins qui ne font que provoquer des faux espoirs.
En fait, peut-être que Luna devrait simplement lui balancer un Oui, elle va mourir. Le coup de grâce qui le mettra définitivement hors d'atteinte. Peut-être de la pire des façons qui soit.

"C'est ce qu'ils me disent tous. Que tout ira bien. J'ai pas d'quoi les traiter d'menteurs, alors j'me tais. Chaque jour j'essaye de penser à autre chose, de me persuader de pas me pointer ici. Et chaque jour j'me rate."

Il y a un arrêt qui est marqué par la graine de la Tristesse-amère qui fait des vas et vient dans sa gorge. Loup et ses ecchymoses sur le crâne, sur les arcades, près de la lèvre. Ses phalanges rongées par l'acide des coups échangés.

"J'ai peur de ma réaction si jamais j'apprenais que..."

Le drame. Les mots ne sortent pas. Il refuse de les entendre, de laisser ses lèvres les prononcer.
Loup ne regarde plus Luna,
ne regarde plus le ciel ni la terre.
Loup ne voit plus rien.

"Si j'apprenais qu'elle était morte"
Revenir en haut Aller en bas
Luna
avatar

mots : 88

MessageSujet: Re: Dans le jardin d'Alice   Lun 10 Juil - 23:12

Luna observe attentivement l'animal, chaque émotion prend forme sur son visage, puis soudainement elle sent quelque chose lui caresser la joue. Non, ce n'est pas une caresse. Elle touche son visage et ses doigts étalent maladroitement la solution saline qui vient de s'échapper de son œil. Une larme.
(Pourquoi ?
Pourquoi tu pleures Luna ?
)
Et la phrase résonne une nouvelle fois dans son esprit.
"Si j'apprenais qu'elle était morte."

Que faire ? Prendre l'animal dans ses bras, le laisser délivrer ses sentiments, le laisser extérioriser toutes ces émotions qui se battent à l'intérieur de sa tête ?
Au risque de se faire mordre ?

Elle s'approche lentement de lui, sans savoir quelle direction prendre. Elle hésite longuement et l'entoure de ses bras frêles.
"Tant pis s'il me mord,
je l'aurais bien mérité.
"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

Invité

MessageSujet: Re: Dans le jardin d'Alice   Ven 14 Juil - 1:53

Loup ne sait pas, parce que Loup ne comprend pas. Il ne perçoit pas sa propre tristesse comme un appel à la détresse. Pour lui, être triste, c'est ne pas saisir ce qui se passe ; c'est ressentir autre chose que de la colère, de la joie, de la peur... C'est ressentir autre chose que les émotions les plus instinctives qu'il croit connaître.

Alors quand une paire de bras vient encercler sa vulnérabilité, sa peau réagit d'un picotement désagréable. Incertain, ses yeux hébétés se heurtent à ceux de Luna, "Pourquoi tu fais ça ?" est gravé au fond de son regard, comme si la réponse s'y trouvait.

Il y a toutefois une chose que Loup sait bien faire : Agir avec véhémence même quand il n'est pas question de violence. Sortir les crocs quand on lui présente une main bienveillante, héler Va-t'en ! avant de rafler l'air d'une patte mécontente.
C'est ce qu'il fera à Luna.

"Arrête,"

Il veut défaire la prise,
ôter les bras innocents de son dos vouté.

"... ne me touche pas."

Sa voix vibre avec danger, imite la menace adulte sur l'enfant, mais se fait alors plus ténue. Il s'oppose à la charité de Luna avec un recul sauf, à demi motivé par la réelle envie de s'écarter. Dans son mouvement on traduit le rejet et le dégoût, mais peut-être faut-il y voir le souci de contrer la capture du Loup. Cependant, les griffes se rétractent à la dernière minute, empêchant le sang.
La chaise acier redevient vide. Loup s'est levé. Son regard cherche alors l'invisible dans les buissons, fuit vers le ciel avant de s'écraser quelque part sur l'horizon. N'importe quoi qui le fasse s'évader du jardin aux parfums devenus toxiques. Loup sent la bile qui remonte dans sa gorge, fait son nid au creux de sa voix.
Et puis Luna. Luna qui a l'océan au bord des yeux.

"Pourquoi tu pleures."

(c'est la seule phrase que ses cordes vocales réussissent à provoquer)
Est-ce que c'est pour lui ? Pour Elle ? Pour le contact brisé ? Pour le temps qui commence à se couvrir ? Pour le thé que Loup ne finira jamais ?
Revenir en haut Aller en bas
Luna
avatar

mots : 88

MessageSujet: Re: Dans le jardin d'Alice   Ven 14 Juil - 16:04

Et ce à quoi Luna s'attendait se produit : l'animal la repousse, refuse son étreinte chaleureuse, cette étreinte accompagnée d'une phrase silencieuse, "pleure". Les bras frêles de la lune récupèrent alors l'espace qu'ils occupaient avant de rencontrer le corps blessé de Loup. Ils se balancent un instant avant de reprendre leur position initiale. L'animal s'en est allé et maintenant il se met à chercher un endroit où fuir, peut-être cherche t-il le chemin qui mène à sa tanière, le seul endroit où il sera chez lui. Et c'est alors qu'il remarque les yeux humides du brin de candeur se trouvant en face de lui, cette candeur non-désirée, entêtée et maintenant emplie de tristesse.

- Pourquoi tu pleures ?

Cette phrase est comme un rappel à la réalité et la raison initiale de son affliction évolue pour tout englober. Elle pleure les larmes que Loup ne veut pas laisser couler, elle pleure les larmes que ses parents ont pendant longtemps laisser emplir l'ensemble de la pièce qui est maintenant sa chambre. Le dernier endroit qu'elle verra avant de fermer les yeux pour l'éternité. Ses larmes que Luna a gardé pour elle, car pleurer était un acte de faiblesse. Ses larmes qui représentaient un appel à l'aide. Et elles coulent, l'une après l'autre, mouille son visage pâle, et Luna se retrouve face à un dilemme. La raison voudrait qu'elle court se réfugier dans sa chambre et pourtant elle reste là, face à l'animal qui la dénigre du regard. Elle commence à essuyer ses joues, mais ces dernières finissent par se retrouver couvertes de larmes, encore et encore. Alors son mouvement devient plus violent et ses joues deviennent rouges, agressées par ses gestes répétés brutalement. Et dans sa tête, cette même phrase se répète en boucle "arrête de pleurer !" et la tristesse se transforme en colère. Puis elle tombe à genoux, le visage baissé, caché par ses mèches blondes.

- Va-t'en.

Sa voix est dénuée d'émotions bien qu'on puisse y déceler une pointe de colère. Elle veut que l'animal aille regagner sa tanière, car tant qu'il sera là elle n'arrivera pas à se reprendre, à récupérer son sourire génétique et son air bienfaiteur. Non, tant qu'il sera là elle continuera d'être en pagaille. Elle n'arrive plus à retenir ces émotions qu'elle gardait dissimulées depuis si longtemps.
C'était stupide. Comment un être tel que Loup avait fait pour la toucher autant ? Était-ce à cause de son caractère, des mots qu'il avait employé ou du fait qu'il avait fait Luna se sentir telle qu'elle était vraiment. Souffrante.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

Invité

MessageSujet: Re: Dans le jardin d'Alice   Ven 14 Juil - 17:37

Luna s'effondre par terre, écarte les herbes pour y installer son linceul de misère.
Loup vient de hurler à la lune.

(J'étais persuadé d'avoir baissé le ton)
(J'étais... persuadé)


Loup souvent, commet des égards de conduite. C'est maladroit, puéril parfois. C'est parce qu'il est à un stade où il ne répond presque qu'exclusivement par ce que l'on appelle Instinct, ne cherche pas la réflexion qui lui fait perdre les sens. Loup et le toucher ; Loup et le goût. Loup n'a pas besoin de voir ; il a seulement besoin d'entendre. D'entendre que Tout va bien, d'entendre que son ennemi s'en va. D'entendre les genoux de Luna chuter sur le gazon.
Mais il a aussi besoin de goûter. Goûter au sang, à la chair... Fluide rouge qu'il peut provoquer en tant que Loup humain. Sauf que ce n'est pas le sang qu'il vient de faire couler, c'est autre chose. Et ça porte la saveur salée de l'océan, qui noie et chagrine quand on en boit involontairement.

Elle lui dit de partir, maintenant. Comme on pourrait dire Allez ! à un animal qu'on a tenté de recueillir pour le sauver, mais qui n'a pas su garder ses crocs fermés.
Loup ressemble un peu à cet animal relâché, qui ne s'y attendait pas. Qui aurait pu rester, se laisser aller par les bras candides, mais qui par le torse bombé de fierté, a refusé.

Il fait un pas en arrière, comme pour se protéger de la tristesse qui n'est pas la sienne. Loup, il ne comprend rien. Il n'a jamais compris quoi que ce soit. Tout ce qu'il sait, c'est contrer avec ses mots-couteaux, ses paroles faucheuses et ses regards en colère.

(Qu'est-ce que je dois faire)
(Je ne vois pas son visage)


C'est aussi pour ça qu'il attend. Qu'il l'attend. Qu'Elle se réveille, ouvre les yeux, lui dise ce qu'il a mal fait, ses travers, qu'elle lui rappelle comment hurler correctement à la lune, comment battre des cils, comment jouer avec les autres, comme dire Oui plutôt que dire Non, comment rester parmi la Meute, comment s'approcher au lieu de reculer.

Encore un pas qui l'éloigne un peu plus de la lune qui l'aveugle,

(Je n'ai... pas... besoin de voir)
(Il faut que je parte)


ses lèvres s'entrouvrent, désireuses de s'expliquer, de s'excuser. Mais de quoi ? Il ne sait pas. La blanche devient de plus en plus petite dans son champ de vision alors que ses pas le guident vers la fuite et la sûreté. Animal effrayé dont la seule solution est de se retourner pour disparaître entre les fourrées.
Revenir en haut Aller en bas
Luna
avatar

mots : 88

MessageSujet: Re: Dans le jardin d'Alice   Sam 15 Juil - 13:20

L’animal s’en va, s’échappe, laisse la lune seule dans ce jardin qui autrefois était synonyme de paix mais qui, maintenant, n’est plus qu’un recueil de tristesse. Et la lune lève la tête pour observer l’animal prendre fuite, car au fond d’elle, la lune cherchait seulement à ce que le loup prenne congé sous son éclat, lui tienne compagnie et l’écoute narrer sa désolation. Sa clarté faiblit tandis que le bruit de sa peine laisse place au silence. Sans le loup pour crier à la lune, la lune n’a plus aucune raison de se lamenter. Elle veut s’exclamer « attends ! » mais se demande si rappeler l’animal est une bonne idée. S’il ne veut pas l’écouter, son journal s’en chargera. Compagnon muet voué à accueillir chaque parcelle de vie de son possesseur. Elle écrira sur l’animal, lui offrira plusieurs pages de son journal. La lune se relève et sèche ses larmes. Elle s’approche de la table et du banquet délaissé, observe les tasses refroidies et les miettes de biscuits l’habillant. La lune s’était préparée à tout sauf à ce que l’animal la fasse s’écrouler. Elle guette le retour de l’animal tout en essayant de se reprendre. Hors de question qu’elle rejoigne les murs blancs tant que son visage n’aura pas repris cet air chaleureux qu’elle balade à tout va. Elle vide le fond des tasses et les empile. Referme la boite de biscuits et attend un retour qui ne se fera certainement pas. Elle décide alors de rejoindre sa chaise et se perd dans ses pensées. Revit la scène et tente de comprendre pourquoi ça a si mal tourné.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Dans le jardin d'Alice   

Revenir en haut Aller en bas
 
Dans le jardin d'Alice
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Petit insecte mignon dans mon jardin .. quelle espece ?
» dans le jardin des âmes
» Un oiseau apparement rare dans mon jardin...
» dit papi javoir un puit de petrole dans mon jardin ???
» L'agonie de Jésus dans le Jardin

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
blouses 2 tendresse :: 4 :: corbeille :: rps archivés-
Sauter vers: