AccueilAccueil  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



Partagez | 
 

 beauty and the beast. (mature)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Scar
avatar

mots : 16

MessageSujet: beauty and the beast. (mature)   Mar 6 Juin - 19:38

le cœur enchaîné.
le cœur qui serre fort dans la poitrine. douleur ? non, pas encore. pas cette fois. jamais. ça étouffe, c’est tout. y’a une image qui s’forme devant la rétine, un vice bien trop profond, le péché à l’état pur.
sin.
elle veut pas, scar, avoir le cœur qui s’contracte pour sin.
elle veut pas, scar, s’attacher.
parce que scar, elle a pas aimé la douleur psychologique de se sentir indésirée par papa et maman. et même cette douleur, c’était pas vraiment de la douleur. c’était plus comme des ongles qui grattent une croûte d’hémoglobine, ou des ongles qui grattent un tableau. une craie qui crisse, cri strident qui perce les tympans.
pourtant scarlett elle revient toujours vers sin. alors si y’a l’envie pressante d’aller l’embêter, de l’écouter lui parler des couleurs telles qu’il les voit (ou ne les voit pas), elle refuse que ses jambes ne se meuvent. elle s’emmure dans sa chambre, refuse de sortir le nez dans les couloirs.
elle se rapproche de la fenêtre et elle s’abîme le pouce contre la roulette du briquet. elle retrouve plus son zippo. elle a pas mal, alors c’est que quand elle voit le sang perler contre sa peau qu’elle s’arrête et se décide enfin à allumer sa clope.
ils ont pas le droit normalement les patients de fumer à la fenêtre de la chambre… mais les règles, scar, elle les ignore. y’a le p’tit dispositif qui fait pleuvoir à l’intérieur tout en haut sur le plafond mais scar elle se dit qu’il est trop haut pour s’mettre à fonctionner.
elle a envie de sortir.
elle peut pas.
si elle met les pieds en dehors de sa chambre, c’est pas dehors (le vrai dehors) qu’elle ira trouver.
c’est sin.
sin et ses élans poétiques à deux balles.
sin qu’elle comprend pas vraiment mais qu’elle passe son temps à rechercher sans trop l’comprendre.
sin qui apaise un peu l’absence de douleur qui la fait tant souffrir.
et y’a des coups répétés à la porte qui la font grogner. elle balance sa clope par la fenêtre, fait des gestes rapides de la main pour tenter d’évacuer l’odeur de cigarettes. elle s’en fiche des règles scarlett mais elle a pas envie d’se faire engueuler quand même.
« ouais ? »
elle répond sans regarder, les opales toujours rivées vers dehors. y’a certains patients qui n’ont même pas d’fenêtre mais scar elle serait devenue folle sans un paysage à admirer, même un paysage bétonné.
et elle le sent, sin, avant même de le voir. y’a cette petite odeur un peu piquante et un peu fumée qui traîne toujours dans son sillage. y’a un sourire léger qui fleurit sur ses lèvres alors elle s’retourne mais le chasse, le sourire. elle veut pas avoir l’air attachée.
elle l’est pas en plus, attachée.
(mensonges.)
et y’a ses sourcils qui se froncent quand elle voit son air dépité, attristé.
« qu’est-ce qu’il se passe ? »
elle demande immédiatement. elle a envie de s’approcher, de passer sa main contre sa joue et de se piquer doucereusement les doigts contre sa barbe de trois jours.
« t’en fais une tête… »
elle a l’air un peu inquiète scar. sin, il est jamais triste. sin, c’est le pansement au motif de fraises rougeâtres et enfantines qu’elle s’est trouvé. alors égoïstement, scar, elle veut pas qu’il aille mal. s’il va mal, il prend pas soin d’elle. si il prend pas soin d’elle, elle recommence à avoir envie d’se blesser, de mettre sa vie en danger.
sin et scar, ce n’sont que deux amants maudits qui ne sauront jamais vraiment s’aimer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sin
avatar

mots : 19

MessageSujet: Re: beauty and the beast. (mature)   Mer 7 Juin - 11:48

Les couleurs s’embrasent et vocifèrent dans la nuit noire non étoilée, où on ne peut même pas apercevoir la lune à cause de la voûte épaisse de nuages dans le ciel, et Sin il a l’impression de se retrouver dans une mauvaise série policière. L’obscurité aurait englouti les pauvres âmes perdues qui se trouvent dans les parages, s’il n’y avait pas eu les lumières criantes des gyrophares du camion de pompier. Un amas de gens s’est regroupé autour de la maison, autour de la scène, et Sin il arrive pas à leur en vouloir. Beaucoup auraient médis en disant que ce ne sont que des curieux malsains, mais Sin il ne peut que les comprendre. Sin, il voit toujours le bien dans chacun des êtres, même quand il est inexistant. Puis actuellement, il a pas la tête à ça. Sin, il voit pas grand chose, il est comme dans une bulle de malaise alors qu’il tire le brancard, où git un corps caché par une bâche noire. Sin, il devrait avoir l’habitude parce que c’est pas un événement nouveau, mais il arrive pas à s’habituer à voir des gens fraichement morts et les amener à la morgue. Alors Sin, il a la tête qui tourne, et il ne se sent pas bien.

Ses pas sont lourds, alors qu’il marche dans les couloirs de l’hôpital. Il a l’impression d’avancer au ralenti, que le monde est flou autour de lui. Ouais, une putain de mauvaise série policière.
Une odeur amère de tabac froid plane autour de lui, et il arrive encore à sourire et saluer les différents médecins et patients qu’il croise sur son chemin et qu’il connaît.
Mais Sin, ce soir il est pas là pour panser les plaies des autres. Il est là pour lui. Parce qu’il est nauséeux, parce qu’il a un haut le cœur, parce qu’il a un peu envie de pleurer.
Alors, il sait très bien où il va.
Et une fois devant la chambre de ses désirs, il toque à la porte.
Il attend patiemment qu’on lui permette de rentrer pour ouvrir le battant d’un blanc douteux d’hôpital, pour finalement pénétrer dans la petite chambre. Parce que Sin il reste poli, même dans son désarroi.

Il la voit à la fenêtre, les yeux rivés vers l’extérieur, avec envie et nonchalance. Il sent aussi immédiatement la fumée de cigarette, et si habituellement il aurait souri en lui lançant une petite pique, cette fois il ne dit rien. Il est épuisé, Sin. Et il reste sur le pas de la porte, qu’il a refermée doucement, le regard vers /sa/ Scar, mais les yeux dans le vague.
Puis, il semble se réveiller, soupire et se meut doucement dans la petite pièce.
Il fait même pas attention au comportement un peu froid et rebelle habituel de la gosse. Il est vraiment épuisé, Sin. Physiquement, parce qu’il a du se précipiter dans une grande maison entrain de brûler, mais surtout psychologiquement. Parfois, il a l’impression de se consumer de l’intérieur.
Il attrape une chaise, pour se poser à côté de la gamine, ayant besoin de sentir sa chaleur corporelle contre lui. Il se gratte le menton, de sa barbe argentée mal rasée qui commençait à être bien apparente. Il passe une main dans ses cheveux moites de sueurs, sentant le feu. Puis il soupire, encore une fois, et laisse son corps pencher vers l’avant, de manière à ce que sa tête repose à présent contre sa poitrine. « Rien rien… Ça a été une journée de merde. » Il inspire, se laisse charmer par l’odeur reconnaissable entre mille de Scar. Il ferme les yeux, la tête continuant à lui tourner, mais il sent le soulagement envahir son corps presque tremblant, alors que son cœur bat la chamade en présence de la gosse. « Tu sais que t’as pas l’droit d’fumer dans ta chambre, la gosse ? » Ses paroles sont moralisatrices, mais il n’en pense pas un mot. Il a relevé la tête, plantant son regard dans celui de Scar, le sourire rieur et joueur.
Puis son air se fait plus sérieux, et il ne peut s’empêcher de la dévisager doucement, ses yeux se baladant sur cette personne se trouvant à quelques centimètres de lui, admirant sa beauté encore juvénile, instantanément très au courant qu’elle est très proche de lui. « Embrasse-moi. » Qu’il demande dans un murmure presque imperceptible. Qu’il demande dans un souffle sur son visage. Sin, il n’est jamais celui qui demande, parce qu’il sait qu’il devrait pas venir se lover entre les cuisses de Scar. Mais Sin, il a besoin d’elle ce soir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Scar
avatar

mots : 16

MessageSujet: Re: beauty and the beast. (mature)   Mer 7 Juin - 22:24

l’odeur un peu âcre de la fumée. elle sait qu’il est là avant de le voir.
sin.
sin qui la rend folle. scar qui devient incapable de se maîtriser, elle et son cœur, quand il est dans les parages. scar qui ne ressent plus l’envie salvatrice et réconfortante de se blesser toujours plus pour ressentir la souffrance. scar qui ressent presque un manque.
pourtant, c’est quelqu’un comme sin qu’elle recherchait inconsciemment… quelqu’un qui parvienne à faire taire les quelques envies suicidaires, cette tendance naturelle qu’elle à de se retrouver entre deux eaux, de vouloir à la fois du blanc et du noir dans le même temps. mais scar, elle a ce goût âcre de fumée qui s’éternise contre ses papilles.
sin, il est profondément bon… peut-être un peu trop. et si scar l’entache ? et si scar le casse, le sin gentil qui regarde les tableaux abstraits avec une telle passion ? scar, elle sait pas comment faire pour être gentille, pour pas s’autodétruire et emmener toutes ses connaissances avec elle dans la tombe…
quand sin se pose sur une chaise qu’il attrape du bout des doigts, scar s’avance, se place en face de lui. elle soupire de soulagement quand il pose son front contre sa poitrine, passe une main dans contre l’arrière de son crâne.
« Rien rien… Ça a été une journée de merde. »
elle fronce les sourcils, le force à relever un peu la tête pour le regarder. y’a les deux paires d’opales azurées qui se captent, s’électrisent, papillonnent. elle fouille son âme, cherche des réponses aux questions qu’elle ne se pose même pas.
« tu veux en parler ? »
elle demande. pourtant au fond scar elle veut pas le savoir. scar, elle est égoïste et tout ce qu’elle veut, c’est qu’il soit là pour elle… pas d’être là pour lui. parce que scar, elle est persuadée qu’si elle commence à être là pour lui, elle va lui donner son cœur avec sur un plateau d’argent. son égoïsme à scar, c’est avant tout pour se protéger.
« Tu sais que t’as pas l’droit d’fumer dans ta chambre, la gosse ? »
elle soupire, ressent l’envie puissante de lui tirer la langue et en même temps l’agacement d’avoir l’impression de réagir comme une gamine. elle doit être un peu plus adulte scar, sinon sin il l’aimera jamais.
est-ce qu’il a besoin de l’aimer sin ?
est-ce qu’elle le veut scar ?
« tu sais qu’t’as pas le droit de m’emmerder dans ma chambre, le vieux ? »
elle renchérit avec un petit clin d’œil. et il la dévisage un peu, le temps s’arrête. elle se demande souvent scar ce qui lui plaît tant chez sin. son côté doux sans doute. maman et papa, s’ils s’y intéressaient à la vie de scarlett, ils comprendraient pas. elle imagine déjà leur face se décomposer en apprenant que scarlett flirte avec un cinquantenaire. ils s’diraient sans doute que c’est qu’une passage, que scar elle veut juste faire son intéressante.
est-ce qu’elle fait ça juste pour avoir de l’attention ?
non, elle est sûre que non. sin, il a quelque chose de spécial. elle sait pas quoi scar c’est tout.
« Embrasse-moi. »
elle se fait pas prier scar pour poser ses lèvres doucement contre celles de sin. doucement et puis un peu plus passionnément, lui mordillant légèrement la lèvre inférieure de son amant. elle sait que sin il aime pas sentir la fumée comme ça mais scar elle adore ça. ça lui donne un côté sauvage et incroyablement viril, enflammé. sin, il risque sa vie pour en sauver d’autres… c’est poétique.
est-ce qu’il traînasse sa carcasse avec scar juste dans ce but empathique ? pas parce qu’il l’aime bien mais parce qu’inconsciemment, il veut la sauver de cette maladie qui la ronge ?
elle se sent un peu vexée d’un coup scar en pensant à ça. parce qu’elle sait qu’il en existe des gens comme ça qui se sentent obligé d’aider tout le monde même quand le « tout le monde » ne veut pas être aidé. alors elle se recule un peu, le regarde fixement en fronçant les sourcils.
elle a pas l’air jouasse la gosse.
« tu restes avec moi juste pour que je me sente mieux sin ? pour te la jouer superman ? »
et scar, elle s’en veut instantanément d’avoir posé la question mais elle s’excuse pas et elle se ravise pas en lui murmurant un « pardon, oublies ». au fond, elle la veut vraiment sa réponse… et puis il le sait sin qu’elle est incontrôlable, que scar elle s’fait des cicatrices toute seule et qu’elle est dangereuse pour les autres aussi…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sin
avatar

mots : 19

MessageSujet: Re: beauty and the beast. (mature)   Jeu 8 Juin - 22:42

Sin, il sait plus trop où il en est. Pas seulement parce qu’une personne a clamsé entre ses mains à cause d’un terrible accident qu’a été cet incendie. Mais aussi parce que c’est lui, ce soir, qui est venu trouver Scar.
Sin, il l’aime bien la petite Scarlett, sa gosse. Il l’aime même plus que bien. Mais il faudrait pas que les rôles s’inversent. Sin, c’est le pilier de Scar, cette grande personne qu’elle regarde avec des yeux brillants d’admiration. Parce que Scar, elle a beau avoir vingt-quatre ans, c’est encore une petite fille au fond d’elle. Et c’est peut-être pour ça que Sin est autant attaché à elle. Sin, il est attaché inconsciemment à toutes ces âmes qu’il essaie désespérément de sauver. Mais Scar, oui Scar, c’est différent. Sin, normalement il pense pas avec sa bite, c’est pas un mec comme les autres, plein de testostérones. Mais Sin, il a été subjugué par son regard perçant gris clair, plein de douleurs qu’elle ne peut physiquement pas ressentir, et ses cheveux presque noirs mal brossés qui tombent en cascade sur ses épaules. Sin, il ressent un petit quelque chose, surtout quand elle gémit dans le creux de son oreille, encore et encore, qu’elle s’agrippe désespérément à lui, parce qu’enfin elle peut ressentir un plaisir fulgurant. Sin, il aime un peu trop l’intérieur de ses cuisses tout chaud.
Mais c’est pour ça que Sin est un peu perdu. Parce que c’est lui qui a d’abord été hypnotisé, alors qu’elle ne lui prêtait aucune attention. Et aujourd’hui, c’est elle qui s’accroche à lui désespérément, parce qu’il est son sauveur, il est la pulsion qui fait battre son cœur meurtri. Et Sin, il a l’impression d’abuser, un peu. Parce qu’il la veut, mais pas de la même manière qu’elle elle le veut.
Et ce soir, alors qu’il va pas bien et qu’il cherche son confort, il a l’impression d’abuser encore plus.

Mais il soupire de soulagement et d’un petit bonheur lorsqu’il sent sa douce main passer dans ses mèches qui trônent sur sa nuque.
Malheureusement, le contact ne dure pas alors qu’elle le force à relever la tête pour pouvoir le regarder correctement. Heureusement, alors que leurs yeux bleutés se rencontrent, il sent un courant électrique associé au désir parcourir tout son corps.
Et il sourit, à sa question. Parce qu’elle semble sincèrement préoccupée de son état inhabituel, mais il se trompe, parce qu’il vaut toujours que le meilleur même lorsqu’il n’existe pas. Il sourit, ses lèvres s’étirant doucement, mais il ne dit rien. Parce qu’il y a rien à dire. La vieille personne est morte après avoir inhalé les gaz toxiques de la fumée. En parler, ça ne changera strictement rien. Elle est morte, et elle ne reviendra pas. Puis qu’est-ce qu’elle va bien pouvoir te dire, la petite Scarlett ? Que ‘façon elle était vieille, la mamie, et qu’elle devait clamser un jour ou l’autre ?
Alors il détourne la conversation, et il rit doucement. Parce que Scar c’est vraiment une gamine. « Tu sais que t’adores quand j’viens te chercher dans ta chambre… » La chercher, la taquiner et l’emmerder comme elle l’a dit, mais aussi la chercher dans un sens plus ambigu… Parce que oui, il aime un peu trop ça pour que ça soit tout à fait sain.

Puis il en peut plus, il patiente plus, et il demande la crème métaphorique pour ses plaies imaginaires. Pansement cicatrisant qu’elle s’empresse de lui donner, d’appliquer.
Ses lèvres sont douces. Ce n’est pas la première fois qu’ils s’embrassent, mais à chaque fois Sin a l’impression de la découvrir, de se faire envahir par une douce vague d’émotions encore jusque là inconnues. Alors que non, à chaque fois il ressent la même chose, mais ça a quelque chose de transcendant. Alors Sin, il essaie de respirer alors que le désir prend possession de lui. Il soupire bruyamment, lorsqu’elle vient mordiller sa lèvre inférieure. Et, inconsciemment, il avance la pointe de sa langue pour danser avec son homonyme, mais Scar recule soudainement, et il se retrouve con. Il cligne des yeux plusieurs fois, déjà abasourdi par un désir presque incontrôlable. « Hein ? Quoi ? » Il comprend pas bien d’où ça vient, d’un coup. Mais Sin il sait que la gosse elle a son caractère trempé et tout aussi intempestif. Sin, il sait que la gosse elle est borderline, et qu’elle souffre.
Elle essaie de reculer sur ses paroles. Mais Sin, il va pas la laisser s’échapper à si bon compte. Il sourit, tendrement, trop tendrement, et passe son index sous son menton, pour lui faire relever la tête et la forcer à soutenir son regard, déjà un peu assombri par l’envie. « Tu me rends dingue, Scar. Comment peux-tu en douter ? » C’est la vérité, mais pas l’entière vérité non plus. La gamine, elle a pas totalement tort sur le coup. Y a un peu de tout, dans leur relation, et dans les actes de Sin. Sin, il fait ça parce qu’il est accro à elle. Mais il fait aussi ça parce que oui il se prend pour superman. Mais Sin, il peut pas lui avouer. Pourtant, c’est ce qu’elle recherche un peu en lui, n’est-ce pas ?

Alors Sin il se lève, et prend de force Scar dans ses bras. Il la porte comme une princesse, avant de l’allonger doucement sur le lit. Parce que Sin, il est doux en toutes circonstances. « Tu veux savoir à quel point tu me rends dingue, la gosse ? » À son tour, il monte sur le lit, se mettant au dessus de son amante, les jambes de part et d’autre de son frêle corps, comparé au sien, appuyé sur la paume de ses mains. Sin, il se penche un peu, mais toujours sans la toucher, sans l’embrasser. Il lève une main, qui commence à caresser d’un geste fantôme les parties qu’il cite. « Je vois le bleu de tes yeux. Le rose de tes joues quand je te touche ou que tu ris. Le rouge de tes lèvres qui devient pourpre quand je t’embrasse… » Bien sûr, il ne voit pas tout ça. Il ne peut pas voir tout ça. Il se les imagine, après tout ce qu’on a pu lui conter. Et ses doigts viennent s’arrêter et se poser sur ses lèvres, qu’il ne quitte pas des yeux, la respiration courte.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: beauty and the beast. (mature)   

Revenir en haut Aller en bas
 
beauty and the beast. (mature)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Beauty Success/invention
» ILLUSTRATIONS ENFANTINES
» The Natural Source : Australian Naturopathic Beauty
» Bibliographie 6e
» De l'eau a été trouvée dans une météorite martienne tombée récemment en Afrique du Nord

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
blouses 2 tendresse :: 3 :: hopital :: chambres :: 0669 - scar-
Sauter vers: