AccueilAccueil  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



Partagez | 
 

 Mendier un peu de lumière [Narcisse]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Algernon
avatar

mots : 23

MessageSujet: Mendier un peu de lumière [Narcisse]   Mer 26 Juil - 13:05

    Une cigarette au bord des mondes, voici le maître du toit. Un regard dans le vague, toujours. Il se frotte le bout des doigts pour faire s'évaporer la fraîcheur du matin. Une nouvelle journée à créer des miracles. Il inspire longuement. Dans son carnet noir, il note le nom de ceux qu'il visite, barre ceux qui ont passé l'arme à gauche. Soupir désinvolte. C'est reparti pour un tour de carrousel.

    Monsieur...Monsieur Caleb Jensen. Il pousse la porte en traînant les pieds, chapelet dans une main, la mine froide, une mine d'enterrement. Les traits tirés, ça fait quelques nuits qu'il dort à peine trois heures. Un cadavre ambulant, un métier de chiotte. Il n'y croit pas une seconde à ses oraisons. Il débite. Par cœur, ça défile, comme un film en accéléré.

    - Croyez-vous en la vie après la mort ? Ne pensez pas que tout est fini, c'est normal d'avoir peur. La mort peut être un nouveau départ.

    Et blablabla. Il prend la main tiède. Un jeune homme. Un flash dans sa tête, des lumières. Il détourne les yeux. Cela lui rappelle trop un patient qu'il a connu, la jeunesse ne devrait pas mourir précocement, ce n'est pas dans l'ordre des choses.

    - Je suis là pour vous rassurer, vous apporter un peu de spiritualité si vous en éprouvez le besoin.

    Il est là sans être tout à fait là Algernon. Il s'approche si près de la mort qu'il doit s'instaurer une ligne de conduite, tracer un trait, mettre de la distance, c'est une nécessité.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Narcisse
avatar

mots : 32

MessageSujet: Re: Mendier un peu de lumière [Narcisse]   Lun 7 Aoû - 19:54

Crayons, brouillons. Tu recommences. Une musique dans ta tête, ça résonne, ça calme. Ta mère ne vient plus depuis une semaine, trop de boulot. Trop de douleur. Tu roules maintenant, faute de marcher. Y a Juliet qui t'apporte ta bouffée d'air quotidien. Après c'est le vide, le vide qui te bouffe. Qui te ronge comme la lèpre. Tu redoutes le silence des blancs murs. De ton plafond monochrome. Alors tu griboulles, tu ratures. Tu te perds dans tes pages. Parce que y a plus que ça. Tu n'es qu'un bout de papier froissé, déchiré. Jauni par la vie.
Mort, vie, croyance. On parle dans ta chambre, ça te surprend, ton crayon qui se fiche dans ton papier, meurtri maintenant lui aussi. Tu le laisses parler parce que ça file dans tes oreilles mais là-haut c'est hors-service. Tu as les mots aux bouts des lèvres. Pourquoi, lui ici? Tu vas pas mourir, tu l'as reconnu l'aumonier on te la fait pas. Et là tu paniques. On t'aurait caché ton état? On t'aurait menti. Respiration aléatoire. "Non mais c'est pas possible je vais pas mourrir moi!"
T'as le ton d'un enfant peureux. Tu sais faire des phrases d'adulte mais la panique te ramène souvent au bac à sable. On se calme là-haut bordel! "Enfin je pense que vous vous êtes trompé, y deux jours on m'a passé un fauteuil alors je pense que je suis sur la bonne voie, même si mes jambes déconnent un peu." C'est presque violent la façon dont tu repasses en mode grande personne. Des phrases posées, que ta bouche délivre dans un flot régulier presque amusé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Mendier un peu de lumière [Narcisse]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Lumière: confusions à éviter
» Peintre de lumière fabuleux... Mario Duguay....
» Flashes de lumière
» 2010: Le 07/03 vers 10h30 - Qui a vu comme moi une énorme lumière ds le ciel à Bxl ? (Belgique)
» Paradoxe EPR(Einstein Podolsky Rosen): des signaux plus rapide que la lumière?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
blouses 2 tendresse :: 4 :: corbeille :: rps archivés-
Sauter vers: