AccueilAccueil  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



Partagez | 
 

 Je laisserai le vent baigner ma tête nue / Narcisse

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Narcisse
avatar

mots : 32

MessageSujet: Je laisserai le vent baigner ma tête nue / Narcisse   Sam 15 Juil - 17:29


narcisse, barthélemy

dossier médical

24 hivers // accidenté de la route et surtout de la vie, avec supplément trouble de la personnalité borderline

nom complet : Narcisse Barthélemy, ça sonne Molière, ça sonne français. Le nom de la solitude, putain de famille à deux. Peut on encore appeler ça famille? Vous êtes un duo de galère, et ça rame depuis trop longtemps.
sexe : Un homme, un sauvage. Un incontrôlable humain. Tu sais même pas à qui tu as affaire dans ce corps, toujours sur tes traces. Tu es de ce sexe qui veux montrer qui est le plus fort, toi tu veux juste trouver la force de te chercher encore.
date de naissance : Dans l'hiver, dans le froid. Dans la mauvaise humeur des tempêtes. T'es un enfant du froid. Un mois de novembre, le dixième jour. Y a eu Narcisse. Depuis tu comptes les hivers comme tes doigts, te rappellant du chaos qui t'a vu naître.
lieu de naissance : Montréal. Ta terre d'accueil vite oubliée. Ce n'est pas un fait de ta vie que tu retiens ou chéris. C'est le point de chute que ta vie a choisi, point barre. On remet de l'encre au bout de la plume et on continue. Elle t'a simplement donné la folie des tempêtes.
pays de naissance : On le nomme Canada, pour toi c'est le pays du froid. De la peine et des désillusions. Pays de papa, pays du début de tes galères. Non tu ne l'aimes pas, il laisse ce goût amer à la fin de tes phrases.
quelques traits de caractères : Une brute tendre. Un loup au coeur d'agneau. Borderline, tu tentes de trouver ta place, de faire le vide. De te dire que tout ira mieux demain. T'as besoin d'exterioriser tes démons. Ecrit, rature, respire, dessine. Un artiste perdu et surtout mal compris, peu écouté. T'es la bête qui se cache derrière ses griffres. Celle qui ne veut pas se faire voler son coeur. Laissez-moi encore rêver! T'es aimable et poli, un bon garçon, mais tu sors de tes gongs plus vite que prévu. Y a une truc qui a  déconné dans ta création, on a oublié un boulon là-haut. Pourtant tu veux faire mieux que la veille, tu veux montrer que tu te bats mais pas avec tes mains. Solitaire à cause de tout ça, c'est surtout un moyen d'éviter les tempêtes de ton esprit. Tu t'apaises à coups de phrases, de mots en l'air, de poèmes en alexandrins. T'es la brute qui n'aime pas le combat, t'es le gars au grand coeur qui répond avec les poings.
numéro d'urgence : Ta mère, ton tout, ton camarade de galère. Autant brûlée que toi par la vie. Elle ne pourra pas beaucoup t'aider. C'est l'épaule pour pleurer, la béquille sur qui tu boites. Non ce n'est pas le numéro d'urgence, c'est le numéro de la décadence. Quand maman s'en mêle c'est que tout va très mal.
c'qu'il y avait dans tes poches : Y a le néant, le vide intersidéral. T'y caches tes crayons, ta peur, des bouts papiers griffonés au café l'heure passée. Tu caches ton coeur et tes putains de sentiments en vracs. T'as la frousse de tout sortir, de tout déballer alors tu gardes ça dans tes poches, au fond de ton vieux jean. Il doit y avoir une photo de ta mère entre ton permis et ta carte de crédit. Elle veille sur toi, elle contemple la misère. Certains ont le moral dans les chaussettes toi t'as le coeur dans ta poche.

jolis mots
Le sang te monte au nez. Cette odeur cuivrée embaume l'air. Toi tu gis au sol, imcapable de bouger. T'as mordu la poussière, t'as bouffé le bitume. Putain d'accès de colère. Tes jambes ne sont plus rien. Elle sont pourtant bien là, mais tu ne les sens plus. Le visage face au sol, ton ventre sur la route encore chaude tu te sens partir. Bordel le casque Narcisse! Les derniers mots de ta mère résonnent à te donner mal au crâne. T'avais fuit, ça ne devait durer qu'une heure. Une heure pour se calmer, pour une discution qui a mal tourné. Une phrase où ta mère a haussé le ton. La route te le rend bien. Ce n'est pas la vitesse qui t'a eu c'est ta connerie. Ta tête qui veut pas se calmer. Au lieu de regarder la ligne, tu l'avais franchi te prenant une de ces bagnoles pleins phares allumés. Tu dois avoir des plaies plein le corps, un tas de chairs meurtries. T'étais déjà pas assez ammoché? Ça tourne là-haut. T'entends les sirènes, t'entends des cris, des voix. T'entends ton souffle saccadé qui cri à l'aide à chaque bouffée d'oxygène si dûrement acquise. Tu ne vois rien. Le sol, des pieds qui accourent, des roues, des ambulances peut-être. T'es pas sûr d'en vouloir. Peut-être que c'est ta fin. Que la personne qui guette dans les nuages c'est dit que ta vie s'arrêterait sur le goudron noir. Que ta fin aurait un goût d'hydrocarbure.

Ton deuxième souffle a, lui, eu le goût stérile des hôpitaux. Peint à la blancheur des murs de ta chambre. T'entends les bips des machines, ta perfusion dans le bras. Tu contemples mais il n'y a rien à part ta mère. Les yeux bouffis par les larmes. Non ne pleurs pas! Ça hurle à l'interieur. La mémoire te revient doucement. Le bitume, le sang, la moto. Et te voilà dans ton lit, tes jambes toujours aux abonnés absents. Tes bras rougis, des pansements un peu partout. Tu sens ta cage thoracique te broyer de l'intérieur, mais c'est sûrement elle qu'on a fracassée. Des jambes, des côtes, t'as perdu quoi d'autre encore? Ta tête est toujours là. Le seul miracle dans ce désastre. Tu sens quelques fils sur un côté de ta tête mais pour l'instant elle tient sur tes épaule. Une main sur la tienne. Les yeux de ta mère. Vous pourriez vous tenir la conversation des heures. Sa tête contre ton épaules, ça te lance un peu mais tu ne dis rien. Parce que c'est ta mère et que t'es déjà assez désastreux comme ça.

Tu pensais en finir, t'avais tes pensées qui criaient à l'aide. Mais il y eu elle. L'infirmière sans nom. La lumière dans le tunnel qu'est ta vie. Elle est jeune comme toi. Tu n'oses rien, tu ne sais même pas comme l'appeler. Elle est celle que tu veux voir quand tu sonnes quelqu'un. Vous parlez, vous discutez souvent, mais son nom reste un mystère. Tu cultives ça comme un mythe. Tu redoutes presqu'elle te le dise. Peur des désillusions chroniques. Elle a des yeux bleus aux nuances indomptables, tu t'y perds souvent, presque autant que dans sur son doux visage. Pourtant tu le hais ce cliché de l'amourette avec une infirmière. Mais aucune n'est comme elle. Il fallait que la seule personne en phase avec tes sentiments brouillons soit la panseuse de tes plaies. Elle te soigne, elle apaise tes douleurs, elle calme tes pensées. Tu ne sais rien d'elle. Elle doit avoir sa vie. C'est ce que tu te dis sans cesse. Quand tu tentes de te convraincre que rien n'arrivera. Mais tes pensées ne sont pas de cet avis. La brune tourne en boucle comme un CD dont on ne se lasse jamais. Elle t'a redonné envie de respirer, t'écris maintenant. Tu as retrouvé le chemin des crayons, tu griffonnes, elle s'attarde parfois au dessus de ton épaule. Tu lui as demandé un soir, quand elle venait récupérer ton repas, de poser quelques minutes pour toi. Poser les lignes de son visage sur ton carnet. Elle avait dit oui et tu respires de nouveau, en apnée pour chaque question posée. Elle s'était assise à côté de toi, dans la chaise qu'occupe habituellement ta mère. Une proximité d'un soir. Une parenthèse d'une nuit. Elle te regarde silencieuse, un sourire qui t'enivre. Tu voudrais la regarder, plonger ton regard dans le sien jusqu'à t'en noyer mais tu dois dessiner. Retranscrire son visage format papier, format indélébile. C'est rapide, éphémère, t'as même pas eu le temps d'apprécier sa présence que tu as déjà fini. Tu lui montres, elle rit doucement, se trouvant beaucoup trop belle part rapport à ce qu'elle est vraiment, enfin de ce qu'elle en pense. "Non vous l'êtes encore plus." Tu le gardes presque pour toi, tu l'arraches à tes lèvres. Elle te sourit, touchée, mais rien. Un silence délicieux dont tu ne maîtrises pas les sentiments. "Bonne soirée Narcisse." Elle est si douce sa voix. Elle te berce presque. La voix de ta rédemption. Tu maudis tes jambes, tu te maudis encore et encore pour ne pas pouvoir te le lever, l'arrêter et lui demander ce fameux prénom qui te hante. "Vous connaissez mon prénom mais je ne connais pas le vôtre." Tu parles un peu plus fort mais c'est toujours doux et hésitant. Timide comme un garçon amoureux de la fille du fond de la classe. "Juliet, je m'appelle Juliet." Sourire. Encore. Toujours. Un chacun pas de jaloux. Et elle s'en va laissant ton coeur sur le trottoir.




zone d'écriture bonus
Sensation

Par les soirs bleus d'été, j'irai dans les sentiers,
Picoté par les blés, fouler l'herbe menue :
Rêveur, j'en sentirai la fraîcheur à mes pieds.
Je laisserai le vent baigner ma tête nue.

Je ne parlerai pas, je ne penserai rien :
Mais l'amour infini me montera dans l'âme,
Et j'irai loin, bien loin, comme un bohémien,
Par la Nature, - heureux comme avec une femme.
- Arthur Rimbaud


hermès // lou
âge : 17 ans pays : France
échelle de douleurs : 5
t'aimes quoi dans la vie : lire, écrire, cinéma, pâtisserie, dessin
dédi : vous tous  


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

Invité

MessageSujet: Re: Je laisserai le vent baigner ma tête nue / Narcisse   Sam 15 Juil - 17:44

Ce vide intersidéral là !! Remplis vite, on veut savoiiiiir

<3
Bienvenue bel homme
Revenir en haut Aller en bas
Narcisse
avatar

mots : 32

MessageSujet: Re: Je laisserai le vent baigner ma tête nue / Narcisse   Sam 15 Juil - 18:38

Je remplis ça vite promis Rolling Eyes
Merci!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tito
avatar

mots : 69

MessageSujet: Re: Je laisserai le vent baigner ma tête nue / Narcisse   Sam 15 Juil - 18:42

bienvenue joli narcisse, j'adore *_*
hâte de voir ce que tu va nous faire
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mélusine
avatar

mots : 121

MessageSujet: Re: Je laisserai le vent baigner ma tête nue / Narcisse   Sam 15 Juil - 20:23

très très beau ce que je lis... hâte d'en voir plus.
bienvenue !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Narcisse
avatar

mots : 32

MessageSujet: Re: Je laisserai le vent baigner ma tête nue / Narcisse   Sam 15 Juil - 21:00

Merci vous deux! C'est adorable
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mélusine
avatar

mots : 121

MessageSujet: Re: Je laisserai le vent baigner ma tête nue / Narcisse   Sam 15 Juil - 23:10

je suis amoureuse
enfin un peu
laissons Juliet venir à ta rescousse
je te valide
sois le bienvenu hihi
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Narcisse
avatar

mots : 32

MessageSujet: Re: Je laisserai le vent baigner ma tête nue / Narcisse   Sam 15 Juil - 23:11

Oh merci!
Promis elle arrive vite enfin j'espère..
Un petit scénario arrive bientôt.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mélusine
avatar

mots : 121

MessageSujet: Re: Je laisserai le vent baigner ma tête nue / Narcisse   Sam 15 Juil - 23:12

je te fais confiance !!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Algernon
avatar

mots : 23

MessageSujet: Re: Je laisserai le vent baigner ma tête nue / Narcisse   Lun 17 Juil - 17:04

bienvenue, quel beau style, hâte de m'entretenir avec ton personnage ; )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Narcisse
avatar

mots : 32

MessageSujet: Re: Je laisserai le vent baigner ma tête nue / Narcisse   Mar 18 Juil - 14:25

Merci on va se trouver quelque chose
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Je laisserai le vent baigner ma tête nue / Narcisse   

Revenir en haut Aller en bas
 
Je laisserai le vent baigner ma tête nue / Narcisse
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» relevés de la vitesse du vent
» Je veux une histoire à la Autant en emporte le vent!
» VIENS ESPRIT SAINT "Dieu d'Amour,viens tel un vent puissant"...
» Va te baigner sept fois dans le Jourdain...
» Vent d'hiver

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
blouses 2 tendresse :: 2 :: pansés et panseurs :: patients enregistrés-
Sauter vers: