AccueilAccueil  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



Partagez | 
 

 La dévoreuse de réalité [Libre]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Emilio
avatar

mots : 15

MessageSujet: La dévoreuse de réalité [Libre]   Lun 26 Juin - 23:05

Le chariot à la main, il avance dans les couloirs comme à son habitude. Les murs sont toujours aussi ternes et la chaleur absente. Bien au contraire de la délicieuse odeur écœurante du désinfectant. Il a beau nettoyer, ce doux nectar ne fuit pas à grande enjambés. Alors chaque jour, il revient à la charge pour se montrer le plus tenace des deux. Emilio ne fuit pas devant l’ennemi. Aujourd’hui encore, il se dirige avec tout son attirail à l’étage supérieur pour donner un coup de main à un collègue. Le mangeur de métal l’avale avec d’autres personnes. C’est qu’il est affamé ce grand appareil… Les étages se succèdent d’un sens puis de l’autre. Il descend alors qu’il doit monter mais la cage de métal se transforme en bus qui ne rate aucun arrêt. Scrupuleusement, il descend d’échelon en échelon avant de remonter un peu plus rapidement. Il faut dire que son poids et celui de la personne en sa compagnie n’ont pas de quoi ralentir la bête qui finit par ne plus obéir. Il s’arrête comme si la carotte au bout du fil n’était plus assez appétissante. Légère secousse de mécontentement, bruit de crissement et l’arrêt totale survient.

Emilio se tasse un peu mieux dans son coin. Le chariot de produit ménager se sert avec plus de proximité contre son corps. Le cerveau a décidé de lui jouer un vilain tour et il pâlit a vue d’œil. Les souvenirs n’ont pas été démolit et même après deux ans, ils peuvent revenir en force. La guerre et les réflexes qu’il ne peut avoir dans cette situation le mette à mal. La mangeuse d’humains qui les recrache des étages plus loin lui rappelle celle qui a dévorés ses frères d’armes et son œil pour n’en recracher que les os. Les paupières se ferment sur le peu de lumière qu’il obtenait jusqu’à présent. « Un, deux, trois,… » Le murmure lent et peu rassuré est censé calmer sa peur irrationnelle. A dix, il retrouvera ses esprits même si la dévoreuse ne s’est pas remise en route.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Naela
avatar

mots : 57

MessageSujet: Re: La dévoreuse de réalité [Libre]   Dim 2 Juil - 15:45

Tu es parti de ta chambre et tu as la soudaine envie d’aller à la rencontre d’une de tes amies en cancérologie, prenant donc ton air à deux mains et te tenant d’ailleurs à la tige qui te maintient en vie, tu circules dans ces couloirs, l’heure tourne, l’heure file, tu laisses ton amie se reposer, puis direction l’ascenseur, tu n’aimes pas tellement les ascenseurs, mais c’est toujours moins épuisant que de monter les escaliers. Tu es habillé d’une robe de chambre sur ta tenue d’hôpital, tu te maintiens encore à ta tige vitale, tu laisses l’ascenseur s’ouvrir.

Entre les deux portes qui s’ouvrent un homme apparaît, un homme qui de première vue semble avoir du vécu, un homme plus vieux que toi, un homme viril. Tu as sûrement dû interrompre sa montée dans l’ascenseur, il a un chariot dans les mains qui prend beaucoup trop de place, tu te faufiles dans un coin de l’ascenseur, un coin pas si loin de cet inconnu. Tu lui souris derrière ton masque de vie, tu espères ne pas l’avoir trop gêné, tu es comme ça, soucieux de tout et de rien. Il y a d’autres personnes, tu n’avais pas réellement fait attention aux autres, tu avais seulement aperçu celui sur qui la porte s’ouvrait, puis tu n’avais pas osé relever trop la tête.

Beaucoup descendent, vous finissez par vous retrouver à deux, la fatigue se fait présente dans tes jambes, tu appuies ton corps sur la tige, tes cheveux roux ne sont pas coiffés, tu n’es de toute façon pas là pour être beau, tu es là pour vivre. C’est déjà suffisamment compliqué de survivre alors si l’on devait s’arrêtait sur chaque détail, se serais fini. Sans le vouloir, tu tournes ton regard sur l’homme à côté, tu observes cet homme, se porte-t-il bien trop droit pour être un malade ? Pourtant, quelque chose en lui semble aussi brisé que les membres de cet hôpital. D’ailleurs même les visiteurs ont un truc d’abîmer non ?

Tu te souviens alors de l’avoir croisé parfois lorsque tu rends visite à ton amie qui a le cancer. Toi, tu n’es pas dans le même service. Tu es mucoviscidosique et tu es donc dans le centre de soin pneumopathie, car ce sont tes poumons les plus touchés, tu dois bientôt pouvoirs les changer, tu as hâte, tu espères qu’ils arriveront à toi avant que la mort ne viennent te chercher. Malheureusement, la faucheuse est beaucoup plus rapide qu’un don d’organe.

La lumière de l’ascenseur tressaute, la couleur rouge des boutons s’allument soudainement, puis tout s’arrête, s’éteint. L’ascenseur se bloque, faisant un bruit d’enfer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
La dévoreuse de réalité [Libre]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» DECOUVERTE D'UNE PLANETE HABITABLE : fiction ou réalité ?
» Atteinte au libre-choix en matière de fin de vie.
» 5/2,libre ou la fac?
» Jonas poésie : FEMME LIBRE
» nouvelle à chute du XIXe (ou plus récente mais libre de droits)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
blouses 2 tendresse :: 4 :: corbeille :: rps archivés-
Sauter vers: